Emploi

Recrutement architecte : est-il aisé de dénicher la bonne candidature ?

architecte

Au cours du processus de recrutement d’un architecte, force est de constater que ce n’est pas une mince affaire. Entre l’appel d’offres, la sélection et les entretiens, ce n’est pas évident au premier abord de dénicher le candidat le plus sérieux et le plus qualifié. Au sein d’une fondation, les recruteurs usent de procédés innovants et s’inscrivent dans le cadre d’une recherche optimisée de la compétente avec un profil pertinent. Que ce soit par l’intermédiaire de plateforme en ligne ou le biais des médias, tous les moyens sont bons pour parvenir aux résultats escomptés.

Quel est le type de profil généralement recherché par les recruteurs ?

Dans le cadre de la construction hôtelière, hospitalière ou publique, les critères recherchés sont relativement similaires. En ce sens, l’expérience est un élément fondamental à privilégier. Pour le cas de la France, on a recours à l’expertise d’un architecte à partir du moment où la superficie du bâtiment dépasse les 170 m², revue à 150 m² depuis mars 2017. Les secteurs privés et publics sont particulièrement porteurs et 37 % des jeunes diplômés préfèrent emprunter cette voie. Que ce soit dans le domaine du montage d’opérations, d’étude d’impact, de gestion de chantier, de paysagisme, ou d’urbanisme, ce métier est relativement pluridisciplinaire et on exige de ces professionnels une grande ouverture d’esprit. Avant d’arriver à la seconde étape, tout bon recruteur doit tenir compte de quelques facteurs clés. Entre la formation, l’expérience, la motivation et des qualités personnelles, l’évaluation préalable est indispensable et cruciale. En ce sens, il ne faudra pas prendre des initiatives irréfléchies.

Comment se déroulent les entretiens collectifs ?

Après avoir passé ce premier pallié, les recruteurs font face aux meilleurs profils dénichés au-delà d’une longue période de prospection et de validation. Ici, dans cette deuxième manche, le mot d’ordre est focalisé sur les motivations des candidats éligibles aux postes. Au cours de ces entretiens groupés, c’est l’occasion rêvée pour questionner communément les postulants afin de connaître davantage leurs parcours professionnels et leurs compétences. De plus, tous les prétendants aux postes recevront chacun des informations détaillées sur les missions à effectuer au sein de l’organisation. Lorsque ces derniers souhaitent poursuivre la démarche de recrutement, ils seront soumis à des tests de compétences d’ordre technique. Quand tous les éléments seront réunis, les candidats qui auront répondu aux critères passeront au deuxième entretien. Cette fois-ci, ce sera une rencontre face à face avec un responsable chevronné de l’organisation. En répartissant de manière individuelle les aspirants, ils peuvent mieux déterminer les atouts de chaque candidat.

La synthèse et la délibération finale

Comme vous l’auriez constaté, la quasi-totalité de ces phases s’inscrit dans le processus de recrutement architecte et de sélection. Contrairement aux idées reçues, l’évaluation ne se limite pas seulement aux compétences professionnelles et techniques du domaine concerné. La perspective va au-delà de ces quelques éléments. En effet, ils sont fondamentaux, mais ne permettent pas de mesurer la qualité et la valeur d’une candidature.

Afin de se faire une idée précise, les réactions ainsi que le comportement sont scrupuleusement étudiés. D’un point de vue psychologique, il est essentiel d’apprécier et de juger la moindre phase de rencontre, les contacts téléphoniques et surtout les entretiens. Un bon architecte doit aussi disposer d’un excellent esprit d’équipe, d’une facilité d’adaptation et d’autres qualités encore. Pour ce faire, plusieurs recruteurs font appel à leur sens critique et leur intuition pour trouver le profil idéal.

Bien qu’il ne soit pas vraiment pas facile de dénicher la bonne candidature pour un architecte, les nouveaux diplômés ne sont pas rares. On peut, par exemple, passer par des agences de placement d’experts en recrutement d’architecte. En somme, il n’existe pas de recette miracle, mais des démarches efficaces.